Par redaction Le

Dans Le synode en direct

La rencontre sur la famille convoquée à Rome par le pape François s’achève dimanche 25 octobre 2015. Pas de nouveautés en vue, annoncent les vaticanistes. Quel impact ces discussions auront-elles sur le « terrain » catholique? Un dossier Hautes fréquences signé Catherine Erard, Marie-Claude Cudry et Fabien Hünenberger.

Environ 250 évêques et une centaine d’intervenants extérieurs se sont réunis au Vatican du 4 au 25 octobre 2015 pour aborder le thème de la famille. Ce « Synode sur la famille » faisait suite à une première rencontre similaire, l’an dernier au Vatican, et à la consultation des conférences épiscopales nationales.

Au menu, des sujets parfois très polémiques, comme l’attitude de l’Eglise catholique face aux homosexuels ou l’accès à la communion pour les divorcés remariés. Mais aussi des questions liées aux différents contextes dans lesquelles vivent les familles sur les cinq continents.

Or un paradoxe se dessine à l’issue de ces deux semaines et demie de discussions: le Synode a été très fécond en propositions de changements, notamment vis-à-vis des divorcés remariés, mais aucune évolution majeure ne parait faire consensus. En conséquence, il est vraisemblable que le pape héritera d’une synthèse peu audacieuse et devra décider alors quelle suite il entend donner à la discussion.

Un Synode pour rien? Une assemblée cacophonique et décevante? Ou les prémisses d’une décentralisation de la gestion des questions familiales au sein de l’Eglise catholique?

Des questions que Catherine Erard, Marie-Claude Cudry et Fabien Hünenberger posent à leurs invités :

Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion, délégué au Synode sur la famille de la Conférence des évêques de Suisse.

Gabriel Ringlet, prêtre et écrivain, ancien vice-recteur de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve.

Antoine-Marie Izoard, directeur de l’agence de presse I.Media à Rome.

Régis Anouil, rédacteur en chef de « Eglises d’Asie », agence d’information des Missions Étrangères de Paris.

Geraldo Luiz de Mori, jésuite, professeur de théologie dogmatique à l’Institut Saint Ignace à Belo Horizonte, au Brésil.

Paulin Poucouta, prêtre, docteur en théologie biblique et en histoire des religions, professeur à la Faculté de théologie de Yaoundé, au Cameroun.